Fantaisies guérillères / Guillaume Lebrun

Mes chères et chétives gouillotes, Je vous souhaite  la bienvenue en nostre lieu de résidence, désormais vostre pour les années à venir. Vous devez vous esbardailler l’esprit par grandes questions du pourquoi et du comment, et m’en vais vous en expliquer la raison. Mais d’abord,  les présentations : icelle qui vous parle est Yolande, but you can call me YO. Ou madame.

Comment décrire Fantaisies guérillères ? Je dirais un ouvrage très original, un vent de fantaisie et de fraîcheur sur cette rentrée littéraire habitée par les désordres du monde. Cette épopée médiévalo-queer aux accents de Monty Python assez décoiffante et hyper originale est signée Guillaume Lebrun, qui revisite les figures historiques de Yolande d’Aragon et de Jeanne d’Arc pour nous en livrer une version totalement barrée et iconoclaste.

Nous voilà plongés au début du quinzième siècle dans un royaume de France en pleine guerre de cent ans, exsangue des luttes de pouvoirs royales et des attaques extérieures. Pour remédier à cela Yolande d’Aragon, duchesse d’Anjou et belle-mère de Charles VII, futur roi de France, décide de créer le « Jehanne Project », une école secrète où seront recrutées quinze jeunes filles nommées chacune Jehanne, et dont il n’en restera qu’une pour sauver le royaume de France, et renverser ces fichus « englishois ».

Car Yolande a eu une vision mystique, et doit trouver cette Jehanne qui les sauvera. Elle sont quinze, plus ou moins enlevées à leurs familles (contre une somme rondelette), et amenées à Yolande, mais l’une d’entre-elles se démarque instantanément du lot, Jehanne 12. On suit par chapitres successifs les voix de Yo et de cette incroyable protégée, à qui il arrive moultes péripéties.

Le point historique est là, les références pop et geek totalement anachroniques sont savoureuses , le récit est burlesque, et en même temps on est plongé dans un roman d’aventures qui nous emporte. De plus, il mêle très habilement ancien français (actualisé), argot actuel et anglicismes, ce qui donne au récit un ton unique, dans lequel on se plonge assez aisément.

C’est un ouvrage jouissif, exaltant, et très enthousiasmant ! Et quel bonheur que cette anti récupération de cette figure phagocytée par des personnages nauséabonds et extrémistes pour en faire une figure féministe LGBTQIA+…Car n’en déplaisent à certains, notre Jeanne nationale était sûrement Queer. Une très belle réussite que ce roman au nom wittigien, qui nous invite à repenser mine de rien la place des femmes dans l’Histoire, et à s’unir pour contrer le patriarcat qui corsète nos vies.

Fantaisies guérillères, Guillaume Lebrun. Editions Christian Bourgois, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :