Les lumières d’Oujda / Marc Alexandre Oho Bambe

« Pourquoi on part ?

Parce qu’on a grandi du côté de la nuit sombre

Privé du soleil de la tendresse

Et qu’on pense avoir droit, nous aussi,

A la lumière du jour, ou tout au moins à son ombre »

Romancier, poète, slameur, activiste, Marc Alexandre Oho Bambe est un artiste touche à tout prolifique, et son dernier roman une pépite incandescente sur la tragédie des migrations qui se joue devant nos yeux. S’y crée un rythme et une mélodie uniques dans ce texte brillant, où se mêle récit, poésie, slam, chant…On croise une foule de personnages touchants et humains, qui donnent une vision d’ensemble bouleversante des migrations, de la quête de soi et de l’art comme exutoire au pire. Et cette question qui revient sans cesse : « Pourquoi on part ».

Mano, jeune camerounais parti vivre l’aventure en Europe se retrouve expulsé et reconduit au Cameroun. Arrivé au pays, il devient un de ceux qui ont échoué, ceux qui n’ont pas réussi à rester là-bas. Pour tous sauf pour sa grand-mère Sita, heureuse de le retrouver en vie, et non disparu en mer comme tant d’autres.

« Le désert et l’océan sont pleins de nous, poussières de nègres. Noires étoiles. Filantes. »

Il décide alors de s’engager auprès des jeunes qui comme lui ont rêvé d’ailleurs, et s’apprêtent à tenter le grand voyage. Il veut échanger avec eux, leur permettre d’exprimer ce qu’ils ont vécu, ce qu’ils veulent vivre, et par le récit de son expérience leur éviter le pire, les convaincre que la vie vaut d’être vécue ici, et que mieux vaut vivoter ici que mourir là-bas.

Suivant un ami photographe, il lance un atelier d’écriture à Oujda au Maroc, lieu de transit pour les migrants désireux de traverser la Méditerranée. Il y fait alors des rencontres humaines qui vont changer sa vie. Imane, Leila, Swaeli, Père Antoine, Aladji, Ibra, Yaguine, Fodé, Youssef, Mariama…Autant de noms pour autant de destins qui bouleversent et laissent une trace durable en nous.

« Bonjour mon frère, bonjour ma sœur, comment va ta douleur ? »

Il y a beaucoup de poésie dans ce roman, beaucoup d’humanité également. L’adelphité y prend un sens noble, la rencontre de l’autre est vraie, empathique, faite de partage et de soutien. C’est une bulle de bonté. Les termes chers à notre patrie, la liberté l’égalité et la fraternité y sont vraiment représentés. A l’heure où accueillir une personne dans le besoin qui a fui le pire est considéré comme un délit, et où se multiplient les interdictions de venir en aide à ceux qui sont arrivés sans rien, il est plus qu’urgent de lire ce texte brûlant de vérité. La solidarité n’a jamais tué personne, l’indifférence si.

Les lumières d’Oujda, Marc Alexandre Oho Bambe. Calmman-Lévy, 2020

4 commentaires sur “Les lumières d’Oujda / Marc Alexandre Oho Bambe

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :