Mes incontournables / Toni Morrison

S’il y a un livre que tu veux vraiment lire, mais qui n’a pas encore été écrit, alors tu dois l’écrire.

J’avais envie, pour apprendre à mieux me connaître, de vous partager ce mois-ci des portraits d’auteur.ice.s, essayistes, penseur.euse.s qui ont marqué mon parcours, vous présenter mes figures littéraires incontournables.

L’idée de chaque portrait est de vous présenter rapidement la personne, et de vous donner envie de découvrir ou redécouvrir quelques titres essentiels pour moi. Ces choix sont purement subjectifs, il se peut que je ne mentionne pas le roman incontournable d’un écrivain par exemple, mais d’autres œuvres jugées plus mineures, parce qu’elles m’ont touchée personnellement.

Exercice agréable et difficile à la fois. Agréable car il me permet de me replonger dans des souvenirs de lecture qui ont jalonné des moments particuliers de ma vie, et ont façonné qui je suis aujourd’hui. Difficile car il faut choisir, et les candidat.e.s sont nombreux ! De plus, je ne vous aurais certainement pas présenté exactement les mêmes portraits il y a un an, et dans six mois il est fort probable que cela ait évolué.

Et pour débuter, quoi de mieux que l’une des plus grandes figures de la littérature américaine pour moi, Toni Morrison.

Qui est Toni Morrison ?

Née en 1935 à Lorain (Ohio, Etats-Unis), et décédée en 2019, Toni Morrison était une écrivaine, essayiste, dramaturge, critique littéraire, universitaire et éditrice. C’est une grande figure de la littérature afro-américaine,et a reçu le Prix Nobel de littérature en 1993. Elle est considérée comme une voix majeure de l’émancipation de la communauté afro-américaine.

On lit quoi ?

  • Beloved (1987) : inspiré d’une histoire vraie, celle d’une esclave ayant tué son enfant plutôt que devoir la livrer à ses maîtres. Une enfant qui revient hanter sa mère dans cette brillante fiction, incroyablement puissante, bouleversante, et qui nous plonge de plein fouet dans les ravages de l’esclavage. Prix Pulitzer en 1988, ce roman lui vaudra une reconnaissance internationale . Il est le premier tome d’une trilogie, qui sera complétée par Jazz (1992) , et Paradis (1997).
  • L’oeil le plus bleu (1970): le premier roman de Toni Morrison. Quatre saisons pour partager la vie de Pecola, 11 ans, qui n’a qu’un souhait : avoir les yeux bleus, car cela serait synonyme d’une vie meilleure. Une terrible traversée dans l’Amérique ségrégationniste.
  • Le chant de Salomon (1977) : un roman initiatique, qui suit les tribulations du jeune Macon Mort, parti sur les traces de ses ancêtres. Une histoire universelles de recherches de racines, d’esclavage, de racisme, et de rédemption.

Mais aussi

  • L’origine des autres : dans le cadre d’interventions à Harvard, Toni Morrison continue son exploration de identité et de l’altérité à travers l’esclavage, et l’Histoire des Noirs d’Amérique. Elle pose des questions essentielles telles que : « Qu’est-ce que la « race » et pourquoi est-ce si important ? Qu’est-ce qui motive la tendance de l’être humain à créer les Autres ? Pourquoi la présence de ces Autres nous fait-elle si peur ? ».

Et vous, quel est votre ouvrage préféré ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :